La résurrection du cépage oublié

L'HISTOIRE DU CÉPAGE CARMENÈRE EST FASCINANTE ET ENCORE PEU CONNUE 

La mort

Il y a environ 150 ans, un petit insecte nommé phylloxéra a pratiquement détruit à lui seul l'ensemble des vignobles européens. Ce parasite originaire de l'Amérique du Nord s'introduisait dans les pieds de vignes et causait tranquillement mais sûrement la mort des racines, puis inévitablement de la plante elle-même. 

Les vignes américaines, bonnes à rien pour donner du vin, étaient résistantes à cet envahisseur et il a fallu greffer des vignes nobles européennes sur des pieds de vignes américaines pour réussir à créer des vignes résistantes et ainsi sauver toute l'industrie du vin et de l'Europe. Mais les ravages du phylloxéra ont fait des dommages collatéraux. Plusieurs cépages ont été sacrifiés. On ne les a pas sauvés et ils ont sombré dans l'oubli, petit à petit. C'est le cas de la Carmenère, un cépage de Bordeaux qu'on appelait aussi parfois "grande vidure" et qui était utilisé avant l'invasion dans la plupart des grands vins de Bordeaux aux côtés du Carbernet Sauvignon, du Cabernet France, du Malbec, du Petit Verdot et du Merlot (à qui il ressemble beaucoup). 

La mort

La résurrection 

Le cépage était disparu, mort, et on n'en parlait que dans les livres sur l'histoire de la vigne. Jusqu'au début des années 1990 où il est revenu à la vie, quelque part au fond d'un champ au Chili. En fait, c'est un professeur d'ampélographie (la science des variétés de vigne) français, Claude Valat, qui a remarqué que certaines vignes qu'on lui présentait comme étant du Merlot avaient des caractéristiques différentes. Quelques années plus tard, la preuve était faite : ces drôles de Merlot étaient en réalité des vignes de Carmenère importées au Chili quelques années avant l'invasion du phylloxéra. 
Les Chiliens ont eu tôt fait de s'approprier ce cépage bordelais. Dès le printemps 1997, quelques bodégas chiliennes ont commencé à commercialiser les premières bouteilles de Carmenère. Chez nous, ce cépage méconnu est autorisé dans les appellations Bordeaux, Médoc, Premières Côtes de Bordeaux et Saint-Emilion et il revient à la mode. Il se caractérise par des notes de mûre, de cerise, de chocolat. En bouche, le vin est rond et confirme la qualité de fruit de ce cépage. 

A quand la véritable renaissance du Carmenère dans le bordelais ? Ici, au Château Carmenère ... 

La résurrection 

Histoire familiale et passion viticole : les racines du Château CARMENERE

Cette épopée viticole traverse le temps et les générations, amorçant son voyage au XIXe siècle avec Louis RICHARD et se perpétuant avec Roger RICHARD. L'empreinte de ces pionniers résonne à travers la maison familiale qui, jadis, a abrité les secrets des chais de vinification et le doux murmure des barriques.

En 1955, la IIIe génération menée par Pierre BARRAUD a pris un tournant décisif en rejoignant la cave coopérative communale, insufflant ainsi une nouvelle vie aux vins rouges d'Appellation d'Origine Contrôlée Médoc. C'est ainsi que naquit le château LAUBESPIN, dont l'héritage fut porté plus loin par Alain BARRAUD, qui a agrandi le vignoble à une envergure de 9 hectares.

Histoire familiale et passion viticole : les racines du Château CARMENERE

L'émergence du Château CARMENERE : un rêve réalisé

L'année 2006 demeure un tournant marquant, lorsque Richard BARRAUD a pris la décision audacieuse de créer le Château CARMENERE sur les terres ancestrales de sa famille. S'épanouissant à partir d'un humble hectare en appellation Médoc, et quelques parcelles prises en fermage dans un premier temps, ce vignoble incarne une vision, un engagement envers l'héritage familial et la viticulture exceptionnelle.

L'émergence du Château CARMENERE : un rêve réalisé

Un terroir d'authenticité magnifié par la modernité

Le vignoble du Château CARMENERE, soigneusement éparpillé à Queyrac, une charmante commune au nord de Bordeaux, marie l'authenticité du terroir avec des techniques modernes. Cultivé avec une approche raisonnée, il met en avant un assortiment de variétés typiquement médocaines, notamment le Cabernet Sauvignon, le Merlot, le Petit Verdot, et bien sûr, le Carménère. Chaque cépage contribue à une symphonie complexe et riche en saveurs, incarnant la quintessence des grands vins.

Lors des vendanges, qu'elles soient manuelles ou mécaniques, chaque parcelle trouve sa place dans des cuves de vinification thermo-régulées, où le processus d'élaboration commence. Le Château CARMENERE se démarque par sa méthode minutieuse de tri optique de la vendange, un procédé rare qui témoigne de l'engagement sans faille envers la qualité.

Explorez avec nous un récit fascinant qui s'étend sur les horizons viticoles de Bordeaux, où un cépage ressuscité et une histoire de famille passionnée se conjuguent pour créer le Château CARMENERE. Dans ce lieu, les racines anciennes et les pratiques modernes se rejoignent pour produire des vins d'exception qui reflètent le caractère unique de ce vignoble empreint de l'âme bordelaise.

Un terroir d'authenticité magnifié par la modernité
×